//MonoGRAAF// : Premier EP

//MonoGRAAF// : Premier EP

Salut la compagnie, aujourd'hui je vous emmène aux frontières du Metal avec cette nouvelle chronique, voire même carrément hors de ses frontières, mais ça, c'est à vous de voir, puisqu'il s'agit de //MonoGRAAF//.


//MonoGRAAF// est un tout jeune groupe, quoi que pas si jeune que ça finalement, nous venant tout droit du Morbihan, de la région d'Auray, plus précisément. Effectivement, si le groupe formé par Fred au chant et à la 6 cordes, Jeff à la basse, et Steph derrière les fûts, nous offre tout juste leur premier EP en cette fin d'année 2015, la formation, elle, existe depuis environs 6 ans déjà.

A ses débuts plutôt orienté chanson/folk/rock, le groupe a petit à petit évolué vers un son plus massif, plus rock'n'roll, et c'est pourquoi ils ont décidé de repartir à zéro en ce qui concerne l'enregistrement de leur premier EP. Le nom //MonoGRAAF// ne possède, quant à lui, aucune signification particulière. Juste un clin d'œil, pour eux, à la sonorité de la bande et ses influences Rock Indé.


En ce qui concerne l'écriture des morceaux, elle est réalisée en français, et pourquoi me diriez-vous. La réponse est simple, si les influences du groupe sont essentiellement anglophones, ses membres ne se sentaient tout simplement pas assez à l'aise avec la langue de Shakespear, ou encore la langue bretonne (et c'est bien dommage à mon humble avis), pour opérer ainsi. Voilà la raison pour laquelle les textes sont intégralement écrits dans la langue de Molière, qui cependant, n'est pas pour nous déplaire, car même si le travail est plus complexe qu'avec la langue anglaise, le résultat n'est pas si mal. Le band décide tout de même de garder la voix en arrière, préférant laisser place avant tout à l'expression musicale. Par ailleurs, c'est Fred qui, de manière générale, apporte l'idée, avec un début de texte plus ou moins aboutis. C'est ensuite le groupe au complet qui le complète au fil des répétitions. Et si //MonoGRAAF// ne souhaite aucunement prendre une quelconque position, quelle qu'elle soit, les textes, eux, demeurent souvent le reflet de leurs engagements, de chroniques urbaines, ou bien encore d'une réflexion sociale, sur le monde qui nous entour.


Niveau musique, si le trio tire principalement ses influences dans la scène Indé anglophone, ils estiment n'appartenir à aucun courant précis, se baladant quelque part entre le rock'n'roll et la chanson. A vous de voir donc. Par ailleurs, pour l'enregistrement, le groupe a fait le choix de sonner le plus naturellement possible, afin de se rapprocher du son live, brut, sans mastering trop pointilleux donc. C'est un choix, et ça se sent. La batterie, marquant le rythme, est simpliste et posée proprement, lente, et est rejointe par la basse lourde, massive, qui vient apporter une atmosphère planante, nous avalant littéralement. Sur le grésillement de la disto de Jeff, Fred vient doubler la basse avec sa guitare, tout en s'en détachant par moment, afin de nous livrer quelques lignes aux sonorités quelque peu folklorique, ou non, puis pose sa voix par la même occasion, celle-ci reste en arrière, comme je le disais plus haut, elle est simple et aucun gros travail n'est effectué mais elle reste agréable à entendre. Toujours est-il qu'une fois le son monté, le rendu s'apparente grandement au Fuzz. Et si à la première écoute, je me dis, « purée, qu'est-ce que je vais faire de ça, ce n'est carrément pas ma came », au fil des écoutes, mon oreille se familiarise avec leur son, et je commence à apprécier, sans pour autant adhérer totalement. L'œuvre de //MonoGRAAF//, doit, d'après moi, s'écouter dans des conditions propices à la relaxation, si vous voulez capter l'essence même de la musique.


Actuellement, //MonoGRAAF// travail sur de nouveaux morceaux, tout en ayant intégré un deuxième guitariste, peut-être une nouvelle galette d'ici fin 2016, pour l'heure ce n'est pas leur priorité. Cependant, si vous désirez vous procurer ce premier EP, le mieux reste encore de les contacter directement via leur bandcamp : https://monograaf.bandcamp.com/releases.



  • Électron libre
  • Une tempête
  • Insoumission
  • Prémonitions
  • Délivrances
COMPILATION DU METAL FRANCAIS
ENDE : The Rebirth of I

Sur le même sujet: