Chronique Album : GRACEFUL – « Demiurgia »

unnamed-23

Je vous emmène découvrir à nouveau un groupe de la scène nantaise puisque je vais m'attarder sur l'album « Demiurgia » du groupe GRACEFUL.

La première difficulté pour moi est de vous décrire, ou plutôt de catégoriser GRACEFUL. Le groupe a eu le goût pour le mélange des genres au sein de cet album et ça fait plaisir d'entendre autant d'audace au sein de cet opus.

Dès l'intro, on est dans le bain avec ce premier morceau « The Pasage » : très sombre, ponctué de puissants riffs de guitare qui viennent « poper » d'outre-tombe et une voix qu'on dirait tout droit sorti d'un démon que l'on pourrait croiser dans un jeu « Doom ». « The Pasage » est donc une chouette porte d'entrée vers le reste de l'album.

On enchaine ensuite avec « Enemy » (clip ci-dessous). J'avoue qu'après avoir chroniqué le dernier Psykup récemment, je ne peux m'empêcher de me remémorer la folie qui traverse les morceaux de Psykup à l'écoute de ce deuxième titre.

On arrive ensuite à ce qui constitue la colonne vertébrale de l'album avec des morceaux plutôt teintés Stoner.

Le titre « Demiurgia » donne également son nom à l'album. Le morceau m'a quelque peu rappelé les compositions de The Mars Volta, il prend son temps pour installer une atmosphère contrairement au morceau court et intense qui le précède. Cette chanson est une vraie réussite et on comprend pourquoi elle a donné son nom à l'album.

Les morceaux « Water Bombs », « Two » et « Scrapes » continuent sur cette lancée, le tout porté par la voix impeccable du chanteur qui sait à merveille faire varier son chant en fonction des atmosphères disséminées dans les morceaux.

« I Hope You Run Fast » est dans la même lignée que « Enemy », un titre plein de folie dans la composition.

L'album s'achève ensuite sur un trio de chansons plus calmes comme « Dawn » qui invite à la rêverie et « Psylle » qui réserve une petite surprise avec un final furieux et psychédélique.

Pour résumé, avec « Demiurgia », le groupe GRACEFUL nous offre un album riche, dense, dans lequel ses membres semblent avoir laissé le champ libre à leurs envies de créer des compositions atmosphériques propices à laisser son esprit flâner le temps de l'écoute de l'album. Une belle découverte ! 

Retro-chronique: Gama Bomb - Speed between the lin...
Chronique Album : Parpaing Papier – « Croire au pr...

Sur le même sujet:

 

Commentaires

Pas encore de commentaire. Soyez le premier à commenter
Déjà inscrit ? Connectez-vous ici
Invité
dimanche 5 décembre 2021

By accepting you will be accessing a service provided by a third-party external to https://www.mad-breizh.com/